Les clous utilisés pour crucifier Jésus auraient faits 9 pouces de long.
Lundi 20 Novembre 2017    Plan du Site    Contact    Rechercher  :    
Ajouter cette page à vous favoris Faire de cette page votre page de démarrage Faire connaitre ce site par mail
Nintroduction
Membres
News
Nincarta
Questions / Réponses
NinFaq
Chronologie
Tapeworm
Articles
Biographie
Livres
Fragile


Biographie

Version Imprimable

Spirales de cochons

Déjà considéré comme une figure contestaire, Trent a lancé une nouvelle contreverse avec le choix du studio pour son album suivant. Les sessions d'enregistrement de cet album eurent lieu au 10050, Celio drive à Los Angeles. C'est là que se trouvait la célèbre maison où 25 ans plus tôt Charles Manson et ses adeptes ont tué brutalement 5 personnes, dont l'actrice américaine Sharon Tate (qui était la femme de Roman Polanski, et qui attendait un bébé de lui). Manson pensait déclencher une guerre entre les blancs et les noirs en faisant croire à un meurtre perpétré par le groupe activiste "The Black Panters". Cependant, quand elle comprit ce qu'il s'était passé, l'Amérique entière fut horrifiée.

Le choix de Reznor pour l'enregistrement de sa musique allait créer des problèmes, bien qu'il affirmait ne rien connaître de l'histoire de la maison quand il décida de s'y installer. Son choix fut décidé par la belle vue qu'on y avait, et la proximité du "Sunset boulevard" et du célèbre night-club "Whisky à Go-Go" qui s'y trouve.

La phase d'enregistrement fut longue et difficile pour Trent. D'abord, il souffrait d'une panne d'inspiration, et les progrès étaient lents et laborieux, même s'il passait 15 heures par jour (parfois plus) dans l'isolement total. Heureusement, une discussion avec son ami Rick Rubin a débloqué la force créative de Trent, et un torrent de nouvelles chansons commença à jaillir. En quelques mois, l'album prit forme, et en 1994 il était prêt à être présenté à un public qui l'attendait frénétiquement.

Sorti au printemps 1994, et intitulé "The Downward Spiral", le second album de Reznor et Nine Inch Nails était un pur chef-d'oeuvre. Y avaient collaborés des musiciens prestigieux, comme Adrian Belew (le chanteur et guitariste de King Crimson, qui avait travaillé avec Paul Simon et David Bowie), Steven Perkins (le batteur de Jane's Addiction) et le mondialement connu remixeur Alan Moulder. Chaque note contenait le cachet unique de Reznor !

Fondé sur le concept d'un homme luttant pour rejeter tous les aspects de sa vie - religion, travail, ego, et le reste-, l'album emmène l'auditeur dans un voyage tourmenté et sombre dans les profondeurs de l'âme décimée d'un homme. Rempli de désespoir, de dégôut de soi, de haine, de sexe, de violence et d'auto-destruction, ce fut un album difficile à appréhender.

Mais il est aussi tout à fait brillant. "Piggy" est déconcertant de simplicité, "Mr Self Destruct" est épique et choquant, tandis que "Big man with a gun" est dérangeant et inquiétant. Le mélange intelligent de samples, de bruits, de breaks de synthés et de manipulations vocales forme un ensemble complexe et brutal (à noter : un sample du mellotron utilisé par John Lennon sur "Strawberry fields forever" fut utilisé par Reznor dans cet album). Tordu, choquant, contraignant et effrayant, The Downward Spiral était incontestablement un classiqe moderne.

De manière incroyable, malgré le côté extrême de l'album, The Downward Spiral fut un succès planétaire. L'attente était si grande qu'au moment où Reznor a finalement décidé de publier son oeuvre elle entra directement au Top 100 du billboard à la seconde place ! Les journalistes qui avaient été précédemment quelque peu ahuris par cet exploit ont commencé à remplir les archives de presse de Nine Inch Nails de centaines d'articles flatteurs.

La tournée de promotion de l'album fut un succès énorme. La demande de billets était très forte, et c'est ainsi que les 60 000 places pour le grand show de Chicago se sont vendus en 220 secondes ! Pour ceux qui ont vu Nine Inch Nails sur MTV puis qui ont acheté une place de concert, le choc était énorme, et la tournée fit connaître The downward spiral et ses angoisses à travers les Etats-Unis, puis le reste du monde. Le grunge a dominé le monde pendant des années, mais cette musique plus sombre donnait l'impression que les Dieux de la guitare de Seattle jouait de la musique pour enfants.

Pour beaucoup de stars, le début de la célébrité s'accompagne de forts changements. Heureusement, la confiance en lui de Reznor fait qu'il est capable de rejeter les remarques les plus féroces avec le dédain approprié. Cependant, des critiques ont écrit que que les chansons pleines de tristesse, l'image choquante, les concerts étaient en fait factice, et cela avait pour but de séduire le grand public américain. Des observateurs ont regretté que les albums soient exempts d'aspects positifs, et certains ont renvoyé Nine Inch Nails au royaume des pantomimes. Reznor, tout en ridiculisant ces commentaires aussi innapropriés que cyniques, est heureux de reconnaître que les performances de Nine Inch Nails sont fortement chargées émotionnelement - il a dit à un journaliste que "Nine Inch Nails, c'est surtout du théatre. Ce qu'on fait est plus proche d'Alice Cooper que de Pearl Jam".

A l'étranger, le deuxième album majeur de Reznor a rencontré les mêmes acclamations. Au Royaume-Uni, la tournée dût être prolongée en raison d'une demande non satisfaite de billets. En Extrême-orient l'accueil était fanatique. De retour aux USA, Nine Inch Nails a joué deux concerts "d'échauffement" soit-disant secrets sur la Côte Ouest, concerts qui furent envahis par une foule frénétique de fans. La violence des concerts continua - le clavier james woolley a été presque assomé lors de la tournée précédente, et il eut une main cassée durant une mêlée sur scène lors de celle-ci. Tout autour du monde, à chaque fois que le groupe commençait le concert par "Terrible lie", la foule vivait une expérience extatique et vraiment mémorable.


Chapitre Précédent Sommaire Chapitre Suivant
Des problèmes pour la bête de la route   Bande-son du tueur-né
Dernière mise à jour : le 09/09/2003
Plan du site | Contact | Recherche | Webmaster © 1996 - 2005 Laurent CARON